Les Grands Noms du Jazz

Sélectionnez un style pour accéder aux fiches des artistes correspondants

Billie Holiday

chanteuse [Swing]

Billie Holiday (07/04/1915, Baltimore - 17/07/1959, New York), née Eleanora Fagan, surnommée plus tard "Lady Day", était une chanteuse de jazz américaine.
Elle est considérée comme l'une des grandes divas du jazz, au même titre que ses contemporaines Sarah Vaughan ou Ella Fitzgerald.


Eleanora passe ses premières années avec ses grand-parents et sa cousine aînée, dans les quartiers pauvres de Baltimore. Ni son père, guitariste de jazz ambulant, ni sa mère, entretenue par des hommes de passage, ne peuvent alors s'embarrasser d'un enfant. Sa jeunesse sera particulièrement difficile.

Elle vit son premier traumatisme lorsque son arrière grand-mère meurt, en la tenant dans ses bras. Puis à 11 ans, négligée par sa mère qui a repris sa garde, elle est violentée par un voisin. On la place alors dans un foyer catholique. En 1928, elle rejoint sa mère, qui travaille dans une maison close à New York.

Happée dans une spirale de délinquance qui la conduit jusqu'en prison, c'est son talent de chanteuse qui va l'aider à remonter la pente.

Dès le début des années 1930, elle commence à se faire connaître dans les clubs de jazz new-yorkais. En 1933, le producteur John Hammond la fait entendre au clarinettiste Benny Goodman, qui l'engage dans son orchestre. Elle enregistre l'un de ses premiers succès au mois de novembre 1933, "Your Mother's Son-In-Law".

En 1935, elle chante pour la première fois au Apollo Theater, puis entame une série d'enregistrement avec le pianiste Teddy Wilson. Leurs enregistrements "What A Little Moonlight Can Do" et "Miss Brown To You" propulsent Billie Holiday parmi les meilleures chanteuses du moment et lui permettent de commencer à enregistrer sous son nom, avec des musiciens emblématiques de l'ère Swing.
L'un de ses partenaires les plus fidèles est le saxophoniste ténor Lester Young. Au delà du domaine musical, une complicité durable va s'installer entre eux : c'est lui qui la surnommera "Lady Day", et c'est elle qui le baptisera "Prez".

En 1937, elle chante dans le big band de Count Basie, puis en 1938, dans celui d'Artie Shaw. Ce dernier avait jusque là pour particularité d'être composé exclusivement de musiciens blancs, et cette "intrusion" ne va pas sans choquer l'amérique puritaine de l'époque. Certaines salles réservées aux blancs refusent même d'accueillir Billie Holiday , privant ainsi l'orchestre de sa vedette !

En 1939, une de ses chansons, "Strange Fruit" dénonce ouvertement la ségrégation raciale dans les états du sud. Columbia, son label, refuse de l'enregistrer. C'est le producteur Milt Gabler qui va s'en charger, avec son label Commodore Records. Milt Gabler va également obtenir un contrat pour Billie Holiday chez Decca Records en 1944. Elle va y enregistrer son succès "Lover Man", une chanson sur l'attente l'être aimé, qui touche particulièrement l'Amérique au moment où elle s'engage dans la seconde guerre mondiale.
Ses autres succès pour Decca incluent une série de duos avec Louis Armstrong, ainsi que des standards comme "Don't Explain" ou "Good Morning Heartache".

Si les années 1940 sont peut-être ses meilleures du point de vue artistique, il n'en va pas de même de sa vie personnelle. Sa consommation d'alcool et de marijuana, à laquelle vient s'ajouter une dépendance aux drogues dures (opium et héroïne) vont lui valoir 8 mois de prison en 1947.
Sa vie sentimentale est également marquée par le destin, et elle est battue par ses différents maris et amants.

Sa santé décline rapidement au cours des années 1950. Elle continue cependant à enregistrer et à se produire à travers le monde jusqu'à la fin de sa vie.
Elle est hôspitalisée fin mai 1959 pour cirrhose du foie. Le 12 juillet, toujours à l'hôpital, elle est placée sous contrôle policier pour possession de drogue. Elle s'éteint cinq jours plus tard, âgée seulement de 44 ans.

Info Jazz  Le train de vie effrené de Lady Day à la fin de sa vie n'a rien laissé de ses économies. Il ne restait que 0,70 Us$ sur son compte en banque au jour de son décès.

Billie Holiday est décédée quelques mois seulement après son ami de toujours, Lester Young (décédé à 49 ans).


Strange Fruit, Billie Holiday    [+ d'info sur ce morceau]
[album : Gold]


Good Morning Heartache, Billie Holiday    [+ d'info sur ce morceau]
[album : Gold]

Partitions de Billie Holiday

Repères discographiques

- Lady Day et Pres, integrale Billie Holiday - Lester Young, 1937-41, Fremeaux et associes
- Billie Holiday, New York - Los Angeles, 1935-44, Fremeaux et associes, 2 vol.
- Commodore Master Takes, 1939-1944, Commodore
- Lady Day: The Complete Billie Holiday on Columbia (1933-1944), Columbia
- Billie's Blues, Blue Note, 1954
- Billie Holiday at Storyville, Black Lion, 1954
- The Complete Billie Holiday on Verve, 1945-1959, Verve
- Lady Sings the Blues, Verve, 1954
- Music for Torching, Verve, 1955
- All or Nothing at All, Verve, 1955
- Songs for Distingue Lovers, Verve, 1957
- Body and Soul, Verve, 1957
- Solitude, Verve
- Lady in Satin, Columbia, 1958
- Last Recording, Verve, 1959

discographie Toute la discographie de Billie Holiday dans la boutique Planète Jazz

Vous avez des informations supplémentaires ?
modifierCliquez ici pour compléter cet article