Les Grands Noms du Jazz

Sélectionnez un style pour accéder aux fiches des artistes correspondants

Yusef Lateef

saxophoniste, flutiste, hautboïste [Hardbop] [World-Jazz] [Post-Bop]

Dr. Yusef Lateef (né William Emanuel Huddleston, le 9/10/1920 à Chattanooga, Tennessee) est un musicien de jazz américain.

Ses principaux instruments sont le saxophone ténor et la flute traversière, mais il joue également du hautbois, du basson, de la flute de pan, et des instruments exotiques comme le le shenaï, le koto, le schofar, l'arghul, etc. Sa musique est un mélange original de jazz et d'influences orientales, laissant entrevoir dès les années 1950 le futur 'World Jazz'.

Yusef Lateef grandit à Détroit et commence le saxophone ténor à l'âge de dix-sept ans.
Il joue successivement avec Lucky Millinder (1946), Hot Lips Page, Roy Eldridge et l'orchestre de Dizzy Gillespie (1949-50)

Figure emblématique de la scène Jazz de Detroit des années 1950, Lateef commence à enregistrer en tant que leader en 1955 pour Savoy Records (puis Riverside et Prestige). C'est à cette époque qu'il se convertit à l'islam ahmadiste et change son nom.

Lorsqu'il s'installe à New-York, en 1959, il est déjà connu pour sa large palette d'inspirations et d'instruments. Mais c'est son album "Eastern Sounds" (1961) qui fait réellement de Yusef Lateef l'ambassadeur du jazz 'oriental' aux Etats-Unis.

Au début des années 60, après avoir joué avec le contrebassiste Charles Mingus et le trompettiste Donald Byrd, il rejoint le Cannonball Adderley Sextet, tout en continuant parallèlement à diriger sa propre formation.

Parmi ses plus belles créations, on peut citer ses enregistrements chez Impulse, de 1963 à 1966, et chez Atlantic Records, de 1967 à 1976.

Ses enregistrements de la fin des années 80 s'éloignent de plus en plus de l'acception traditionnelle du jazz. Son disque "Yusef Lateef's Little Symphony" obtient d'ailleurs en 1987 un Grammy Award dans la catégorie New Age.

Décidément fâché avec les étiquettes, et faute de producteur qui puisse le suivre dans ses revirements successifs, Lateef fonde son propre label, YAL, au début des années 1990. Il peut enfin laisser libre cours à son imagination sans craindre d'être à côté des 'standards'.

En 1993, il compose l'"African American Epic Suite", une œuvre en quatre parties pour orchestre et quartet basée sur le thème de l'esclavage aux États-Unis. L'œuvre a été jouée depuis par les orchestres symphoniques d'Atlanta et de Detroit.

En 2005, Yusef Lateef collabore avec les frères Lionel et Stéphane Belmondo sur l'album "Influence", un double CD mélant jazz et musique baroque.

Info Jazz  Yusef Lateef obtient une maîtrise en éducation musicale en 1970, et commence à enseigner en 1972, à Manhattan.

Outre sa maison d'enregistrement "YAL Records", Yusef Lateef possède "Fana Music", une entreprise d'édition musicale qui publie ses compositions orchestrales et ses ouvrages de musicologie.


The Three Faces Of Balal, Yusef Lateef
[album : Eastern Sounds]

Partitions de Yusef Lateef

Repères discographiques

- Jazz Mood (1957)
- Prayer to the East (1957)
- Cry! - Tender (1959)
- Into Something (1961)
- Eastern Sounds (1961)
- Live at Pep's (Volumes 1 and 2) Philadelphia, (1964)
- Psychicemotus (1965)
- The Golden Flute (1966)
- The Blue Yusef Lateef (1968)
- Detroit (1969)
- Hush 'N' Thunder (1972)
- Part of the Search (1974)
- The Doctor is In... And Out (1974)
- Ten Years Hence (1975)
- Autophysiopsychic (1978)
- Influence, avec Lionel et Stephane Belmondo (2005)

discographie Toute la discographie de Yusef Lateef dans la boutique Planète Jazz

Vous avez des informations supplémentaires ?
modifierCliquez ici pour compléter cet article