Les Grands Noms du Jazz

Sélectionnez un style pour accéder aux fiches des artistes correspondants

Sarah Vaughan

chanteuse, pianiste [Bebop] [Cool-Jazz] [Mainstream]

Sarah Vaughan (27/03/1924, Newark, New Jersey - 03/04/1990, Hidden Hills, Californie) était une chanteuse de jazz américaine. Elle est considérée, avec Ella Fitzgerald et Billie Holiday, comme l'une des trois plus grandes chanteuses de jazz.

Née dans une famille aussi religieuse que musicienne, elle apprend le chant et l'harmonium à l'Église baptiste. Elle prend également des cours de piano entre 1931 et 1939, ce qui lui permet de jouer dans l'orchestre de son lycée.

En 1943, comme Ella Fitzgerald dix ans plus tôt, elle gagne le concours amateurs à l'Apollo de Harlem (en chantant le standard "Body and soul"). Quelques mois plus tard elle est engagée dans l'orchestre du pianiste Earl Hines comme chanteuse et seconde pianiste. C'est là qu'elle rencontre Charlie Parker et Dizzie Gillespie, les inventeurs du Bebop.

Peu après, Vaughan, Parker et Gillespie sont débauchés par le chanteur Billy Eckstine, qui vient lui aussi de quitter Earl Hines pour monter sa propre formation. Eckstine embauche ensuite Wardell Gray, Dexter Gordon, Miles Davis, Kenny Dorham, Fats Navarro, Art Blakey, et les arrangeurs Tadd Dameron et Gil Fuller. le "Billy Eckstine Orchestra" devient alors le premier big-band Bebop.

En 1945, Sarah Vaughan commence sa carrière en solo, d'abord en chantant dans des clubs de la 52ème rue de New York (Onyx Club, Three Deuces, Downbeat, Famous Door) puis avec un premier album, "Lover Man", avec Dizzie Gillespie à la trompette, Charle Parker au saxophone, Al Haig au piano, Curly Russell à la contrebasse, et Sid Catlett à la batterie.

Mais ce sont ses enregistrements pour Musicraft entre 1946 et 1948 (dont "If You Could See Me Now", "Tenderly" ou "It's Magic") qui la révèlent véritablement au public. Son secret : le phrasé bebop, qu'elle est la première à introduire dans la chanson.

De 1949 à 1953, elle enregistre pour le label Columbia (albums “Black Coffee”, “Summertime” ou “Sarah Vaughan in Hi-Fi” avec le trompettiste Miles Davis). Son aura parmi les jazzmen continue de s'accroître (nombreux prix attribués par les célèbres Down Beat magazine et Metronome magazine), même si certains enregistrements sont critiqués pour leur côté "commercial".

En 1954, Vaughan signe chez Mercury, et enregistre dans la foulée l'excellent "Sarah Vaughan With Clifford Brown". Au trio de base (Jimmy Jones au piano, Joe Benjamin à la basse, et Roy Haynes à la batterie) se joignent le jeune trompettiste Clifford Brown, le saxophoniste Paul Quinichette, et le flutiste Herbie Mann. L'album est considéré comme un aboutissement, tant pour la performance vocale que pour la symbiose parfaite avec les musiciens.

Mais ses plus gros succès commerciaux chez Mercury sont "Make Yourself Comfortable", "How Important Can It Be" (avec Count Basie), "Whatever Lola Wants", "The Banana Boat Song", "You Ought to Have A Wife", "Misty", et "Broken Hearted Melody" (chanson qui lui vaudra un disque d'or et une nomination aux Grammy Awards). une nouvelle collaboration avec le chanteur Billy Eckstine, en duo cette fois, aboutira au hit "Passing Strangers" (1957).

En 1960, Vaughan signe avec le label Roulette Records, dont elle devient vite l'artiste vedette, avant d'être rappelée par Mercury, de 1964 à 1967.
Au cours des années 1960, elle enregistre principalement avec les formations de Benny Carter, de Quincy Jones, et de Gerald Wilson, et avec les pianistes Roland Hanna et Bob James.

1971 marque le début de sa période chez Mainstream Records. Elle y enregistre en 1972 une série de ballades écrites et orchestrées par le français Michel Legrand.

En 1977, elle signe chez Pablo Records, le label de Norman Granz, par ailleurs manager d'Ella Fitzgerald. Son premier disque chez Pablo, "I Love Brazil", enregistré la même année avec la fine fleur du jazz brésilien, lui vaut une nomination aux Grammy Awards.
Vaughan enregistre également avec les autres vedettes du label : Count Basie, Oscar Peterson, et Dizzy Gillespie.

En 1979, elle consacre deux albums à la musique de Duke Ellington : "Duke Ellington Songbook One" et "Duke Ellington Songbook Two".

Le dernier album sur lequel Sarah Vaughan chante est "Back on the Block" de Quincy Jones, en 1989 (introduction du morcau "Birdland", avec Ella Fitzgerald).

Infatigable en presque cinq décennies de carrière, Sarah Vaughan a énormément apporté au Jazz et à la chanson en général. Atteinte d'un cancer du poumon, elle s'est éteinte le 3 avril 1990, à son domicile de Hidden Hills, en Californie.

Info Jazz  La voix de Vaughan se caractérise par sa tonalité grave, son amplitude, et son vibrato unique. Sa tessiture de chanteuse d'opéra (trois octaves), lui permettait de passer aisément du registre de soprano à celui de baryton.

Ses talents les plus remarqués sont l'inventivité harmonique et l'improvisation. Elle est l'une des premières chanteuses à intégrer le phrasé Bebop dans ses chansons. Elle est également experte du "scat" (technique d'improvisation vocale par onomatopées).

C'est le pianiste John Malachi qui aurait donné à Sarah Vaughan son surnom "Sassy", ou "l'insolente" en français. Reflétant bien sa personnalité, ce surnom ne l'a plus quittée. Un autre surnom célèbre, donné par le disk jockey Dave Garroway : "The Divine One".

Vaughan s'est mariée trois fois : d'abord avec George Treadwell (1946-1958), puis avec Clyde Atkins (1958-1961) et enfin avec Waymond Reed (1978-1981). Elle adopte en 1961 une petite fille, Debra Lois. Celle-ci deviendra actrice dans les années 80-90, sous le nom de Paris Vaughan.

Des nombreux prix lui ont été attribués, on peut citer un Emmy Award en 1981 (pour son hommage à George Gershwin), le Grammy Award de la meilleure chanteuse de jazz en 1983 (album "Gershwin Live!"), et un Grammy award récompensant l'ensemble de sa carrière (Lifetime Achievement Award) en 1989. Une étoile portant son nom a également été ajoutée en 1985 au célèbre "Hollywood Walk of Fame", et en 1988, elle entrait dans le sacro-saint "American Jazz Hall of Fame".

Crédit : Mathieu Perino


September Song, Sarah Vaughan    [+ d'info sur ce morceau]
[album : Sarah Vaughan With Clifford Brown]


He's My Guy, Sarah Vaughan
[album : Sarah Vaughan With Clifford Brown]

Partitions de Sarah Vaughan


Perdido - Sarah Vaughan

Vous avez des informations supplémentaires ?
modifierCliquez ici pour compléter cet article